Bilan de la section Atacama

 

Distance (km) / dont piste (km)

643 / 302

Nombre d'étapes

6

Dénivelé positif cumulé (m)

6279

Altitude maximale (m)

4550 paso Hito Cajón

Latitude de départ / arrivée

26°52 / 22°55

Temps passé sur la selle

35h
(une semaine standard en fait)

Nombre de crevaisons

0

Quantité de flocons d'avoine brûlée par l'équipe (kg)

2
petit appétit

Nombre de coups de pédale

500.021 à quelque chose près 

Difficulté(s) majeure(s)

Encore et toujours les camions chiliens qui n'aiment pas mordre la ligne blanche,
le reste est de la rigolade comme le reconnait Le Prince

Consommation de paires de chaussettes*

0

Nombre de contacts avec un chien**

2

Brasiers allumés

0

*Dans le désert, comme le dirait le prince, on ne consomme pas de paires de chaussettes, on se met pieds nus dans ses chaussures.

**Se faire pisser sur les sacoches par un tout p'tit chien, se réveiller de sa sieste avec un nouvel ami...



Publié à 13:58, le 8-mai-2007, dans 04 Atacama,
Mots clefs :
.. Lien


Desert session

 

"Combien de jours par an avez-vous de la pluie? [Manu]
-Oh, je ne sais pas trop, il faut dire que cela ne fait pas très longtemps que je vis ici mais je n'ai pas encore vu pleuvoir. Tous les gens m'ont dit un jour par an, pas plus, parfois moins. Il y a de temps à autre des nuages qui passent mais à cette saison l'hiver bolivien commence et il ne pleuvra pas ces prochains mois, c'est sûr." [La caissière d'une station essence]

Le désert d'Atacama est connu pour être le plus aride du monde et s'étend de la côte pacifique à la Cordillère des Andes sur 1000 km de long et 400 km de large. Il est intensément exploité pour ses minerais et possède notamment la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde située à Chuquicamata près de Calama. La ressource en eau est un problème fondamental car les cours d'eau sont soit à sec, soit chargés d'éléments toxiques acquis au contact des roches (comme par exemple l'Arsenic) soit tout simplement salés. Ainsi, lors de toute la traversée nous n'aurons vu ni un cours d'eau, ni une touffe d'herbe, ni un coin d'ombre.

La chaleur ne sera pas aussi terrible que prévue (30 degrés) mais les douleurs musculaires atroces liées à la déshydratation ont été inévitables.

Le défi consistait à traverser ce désert dans le sens de la largeur en partant de la côte pacifique à Antofagasta pour arriver à San Pedro de Atacama (2400m) au pied de l'altiplano bolivien. Il a fallu grimper beaucoup comme l'illustrent ces 3700m de dénivelé positif avalés sur les 310 kilomètres du raid. 3 jours de souffrance au soleil, 3 jours passés à interpréter la direction du vent et à maîtriser nos nerfs face à un paysage trop uniforme pour vouloir y traîner les pieds. Il a fallu une certaine détermination à en finir pour reprendre le vélo en fin d'après-midi, assoupis et écrasés par la chaleur nous obligeant à une coupure en milieu de journée. Ce qui n'a pas posé de problème en revanche, c'est la prise de décision quant à l'emplacement du bivouac : rien de compliqué, il suffit de s'arrêter au soleil couchant et de marcher 100 mètres d'un côté de la route selon l'humeur de l'équipe. Ce seront deux nuits magnifiques passées à la belle étoile, au milieu de rien.

La recherche d'un abri pour bivouaquer

Les derniers kilomètres nous feront tout oublier en révélant des paysages inimaginables lors d'une descente fantastique vers le village de San Pedro de Atacama.

La Valle de La Luna

Les premières touffes d'herbe apparaissent : une oasis...Cela tombe bien car il n'y a plus une goutte d'eau dans la gourde de Manu!

 



Publié à 12:38, le 21-avr-2007, dans 04 Atacama, San Pedro de Atacama
Mots clefs :
.. Lien


Rapport d'expédition au paso San Francisco... suite

Le 11/04 (40km, 364m-, 593m+)

Nous partons avec un avantage, nos vélos sont légers, effectivement il n'y a rien dans nos sacoches, tous nos vêtements sont sur nous. Le froid finit toujours par transpercer nos protections thermiques quasi ultimes, il rentre surtout par les trous dans les gants de Manu et par les aérations naturelles des chaussures, la seule solution pour résister est de crier, pas trop fort, mais un peu quand même. Après avoir laissé la Laguna Verde (4300m) derrière le pneu le vent commence à taquiner nos nerfs, encore quelques grammes de douleur dans ce monde de désert. La fin de l'étape sera un cauchemar, une heure passée à pousser les montures sur une piste de sable pour atteindre le seul refuge (4500m), le refuge du départ pour les Ojos del Salado, la deuxième cime des Andes et plus haut volcan actif du monde (6887m).

Impossible d'éviter le vent après midi aux confins du Laguna Verde (4300m)

Le 12/04 (76km, 294m+,974m-)

Ce doit être le jour de la délivrance. Nous étions trop emmitouflés pour entendre le réveil sonner. Dans l'ivresse des 4500m d'altitude nous attaquons les derniers cols de la traversée qui ne nous résisteront pas grâce à notre acclimatation naissante. Enfin les premières descentes où nous jouissons d'une sensation de glisse parfaite dans cet environnement où la résistance de l'air est quasi inexistante. Sur le bord du salar de Maricunga la délivrance prend la forme d'un poste frontière chilien où nous pourrons nous ravitailler en eau et passer la nuit sur un banc à moins de 3800m, après 70 km d'étape.

Passage de bosses sur 160 km à l'assaut du versant chilien, avant la descente

Le 13/04 (186km, 520m+,3346m-)

Il ne fallait pas croire que tout était fini. Il nous restait bien 3000m à descendre mais la carte ne mentionnait pas les 2 cols à 3800m et 3600m que nous devions franchir. Les premiers 70km passeront dans cette heureuse sensation de glisse de l'altitude. Sans faiblir nous attaquons le deuxième col inattendu ; notre patience sera récompensée par la vision d'une descente des plus vertigineuses : 1000m de dénivelé négatif s'étalent sur quelques 15km de route à pic devant nous. Arrivé au fond du canyon nous comprenons enfin que nous sommes arrivés dans le désert d'Atacama, celui dit-on, qui est le plus aride du monde. La carte était fausse, ce n'est pas 102km qu'il nous faudra parcourir comme attendu, mais 186km ; nous finirons cette mythique traversée par une arrivée à Diego de Almagro dans la fraîcheur de la nuit tombante, épuisés, heureux.

Descente vertigineuse vers le désert d'Atacama, ici à 3700m




Publié à 19:00, le 16-avr-2007, dans 04 Atacama,
Mots clefs :
.. Lien


Premier prix du public au concours de blog 2007

Accueil
Itinéraire
Livre d'or

Rubriques

01 Patagonia
02 Region de los Lagos
03 Sierra Argentina
04 Atacama
05 Altiplano
06 Cordillera Real
07 Lago Titicaca
08 Amazonia
09 Cordillera Huayhuash
10 Volcanes de Ecuador
11 Epilogue
Breves
Conseils d Expe
Ecoles