A venir...la traversée des Andes par le Paso San Francisco (4748m)

Toute cette fin de semaine (Patrick) a été animée par la rencontre de deux Français en expédition vélo qui paraissaient particulièrement excités par leur objectif de ces prochains jours. C'est en parlant avec eux que nous avons vraiment compris ce que signifiait le concept d'expédition. Récit d'un reportage auquel nous ne nous attendions pas.

On les a d'abord vus un couteau à la main, découpant méticuleusement une carte de l'Argentine sur un banc public. Intrigués par leur comportement, nous engageons la conversation : "Pas question de prendre du poids pour rien", nous affirment-ils immédiatement. "Cette carte sera notre seule alliée", nous confie peu après un des ces deux Manus. Cherchons des explications.

Les deux Manus ont décidé de se lancer dans une expédition d'une semaine dont l'objectif principal est l'assaut du Paso San Francisco, à 4748 mètres d'altitude. Pour supporter ces altitudes et l'effort physique, ils ont poussé le concept d'équipement léger à l'extrême, et jeté absolument tout ce qui pourrait toucher à une lointaine forme de confort ou de romantisme. Ils ont préparé leur plan d'attaque mais ont buté sur une incohérence incroyable d'informations galvaudées entre gendarmerie, office du tourisme, magasin de vélo, géologue ou épicier du coin. Il ne font donc confiance à personne, ne comptant ni sur l'assistance d'un trafic inexistant, ni sur ces troubles indications, leur carte et leur confiance infaillible en leurs montures seront leurs seuls alliées. Cependant, nous avons essayé tant bien que mal de faire une synthèse de toutes ces informations pour les aider dans cette confusion et vous présenter un profil du raid.

Jour 1 : montée légère sur 53 km vers le village de Fiambala (1500m), ultime repos des chaînes musculaires dans les eaux thermales. Achat des vivres de course, en vue des 6 prochains jours.

Jour 2 : sortie matinale pour éviter le vent, en remontant une rivière et surtout les courbes de niveau. Arrivée à l'atitude 3600 après 100km, pour un ultime bivouac confortable dans une maison abandonnée en présence de truites.

Jour 3 : jet de la canne à pêche et approvisionnement en eau. Il y a toujours une rivière, mais celle-ci contient des teneurs en arsenic qu'il est recommandé d'éviter. Arrivée au poste de gendarmerie de La Gruta (4200m) après 80km, pour les formalités de passage de frontière vers le Chili et l'approvisionnement en eau.

Jour 4 : montée à l'aube au paso San Francisco (4748m) sur 20 km où se terminent les dernièrs morceaux d'asphalte pour laisser place à une piste "bonne" d'après certains, "atroce et en tôle ondulée" selon d'autres. La température extérieure sera comprise entre -5 et -10 degrés et des vents de face de 160 km/h peuvent se lever après midi, il faudra donc "être prudent", selon Manu. Approvisionnement en eau au Laguna Verde (4200m), "important" d'après Manu car il n'y a sans doute pas d'eau sur les 100km suivants. Bivouac précoce à 4000m vu les conditions de vent. Construction d'un mur de pierres et prise de feuilles de coca envisagés pour combattre ces conditions d'altitude.

Jour 5 : piste toujours et enchaînement de 3 cols à plus de 4000m sur les bords de l'altiplano et du désert d'Atacama jusqu'au poste de frontière chilien.

Jour 6 : utlime étape de piste sur 102km, au milieu des salars pour rallier "à tout prix" Potrerillos, se ravitailler, enfin sous la barre des 3500 mètres. 

Jour bonus : en cas de mal des montagnes ou de tempête de neige

Récit en images la semaine prochaine, dans le prochain Choc.


Publié à 18:30, le 6-avr-2007, dans Breves, paso san francisco
Mots clefs :
.. Lien


{ Page précédente } { Page 37 sur 60 } { Page suivante }

Premier prix du public au concours de blog 2007

Accueil
Itinéraire
Livre d'or

Rubriques

01 Patagonia
02 Region de los Lagos
03 Sierra Argentina
04 Atacama
05 Altiplano
06 Cordillera Real
07 Lago Titicaca
08 Amazonia
09 Cordillera Huayhuash
10 Volcanes de Ecuador
11 Epilogue
Breves
Conseils d Expe
Ecoles